Introduction
Anatomo-physiologie
Physiopathologie
Diagnostic
Etiologies
Traitement
Conclusion
Auto Evaluation

Introduction

     La glande thyroïde produit deux hormones apparentées, la thyroxine (T4) et la tri-iodothyronine (T3).  Ces hormones agissent via des récepteurs nucléaires. Elles jouent un rôle critique dans la différenciation cellulaire au cours du développement et facilitent le maintien de l'homéostasie thermogène et métabolique chez l'adulte.

    Les pathologies de la thyroïde résultent avant tout de processus auto-immuns qui stimulent l'hyperproduction des hormones thyroïdiennes (thyréotoxicose, hyperthyroïdie) ou provoquent une destruction glandulaire et une insuffisance hormonale (hypothyroïdie). De plus, des nodules bénins et diverses formes de cancers thyroïdiens sont relativement communs et détectables à l'examen physique. 

Définitions

  •     L'hyperthyroïdie  est une hypersécrétion non freinable d'hormones thyroïdiennes par le corps thyroïde. La démarche diagnostique consiste à l'évoquer devant un ou plusieurs éléments du syndrome de thyrotoxicose, ou ses complications propres ; puis à la confirmer par des dosages spécifiques. Il faudra dans un second temps identifier son étiologie, pour adapter la prise en charge thérapeutique.        

  •     Au sens propre, l’hyperthyroïdie désigne l’hyperfonctionnement de la glande thyroïde, tandis que la thyréotoxicose ou thyrotoxicose, désigne l’intoxication par les hormones thyroïdiennes. Ces situations sont ordinairement simultanées puisque l’hyperfonctionnement thyroïdien détermine une surproduction d'hormones thyroïdiennes qui sera à l'origine de la thyrotoxicose. C'est pour cela que les termes d’hyperthyroïdie et de thyrotoxicose qui ne sont pas synonymes sont parfois confondus par abus de langage dans la littérature médicale

La prévalence de l'hyperthyroïdie est variable d'une population à une autre (0,5 à 1 %), avec une nette prépondérance féminine (10 femmes pour un homme). La prévalence de l’hyperthyroïdie clinique est traditionnellement estimée à 0,1 à 0,2 % de la population adulte, avec une prédominance 7 à 8 fois plus évidente dans le sexe féminin.
 

  •  Les étiologies les plus fréquentes sont :

               Ø la maladie de Basedow

               Ø le goitre hétéro-multi-nodulaire toxique

               Ø les adénomes toxiques

               Ø les hyperthyroïdies des thyroïdites

               Ø les hyperthyroïdies par surcharge iodée.

  •     Le traitement de l'hyperthyroïdie dépend de son étiologie avec deux stratégies thérapeutiques :

-       traitement conservateur ou suspensif par les antithyroïdiens de synthèse ;

-       traitement radical ou destructif par la chirurgie et l’iode radioactif.

remonter


 

 

Plan du site
Glossaire
Bibliographie
Liens utiles
Crédits

Accueil Suivante

Date de dernière modification : mercredi 01 août 2007