Introduction
Anatomo-physiologie
Physiopathologie
Diagnostic
Etiologies
Traitement
Conclusion
Auto Evaluation

Anatomo-physiologie

Rappels anatomo-physiologiques

ANATOMIE

La thyroïde (du grec thureos, bouclier, et eidos, en forme de) est composée de deux lobes reliés par un isthme.

  •  La thyroïde est située à la partie antero-inferieure du cou, en avant des six premiers anneaux trachéaux, sous le cartilage thyroïde.

     On distingue deux lobes latéraux : le lobe droit et le lobe gauche, reliés par l'isthme.

     On peut retrouver au-dessus l'isthme, sur la ligne médiane, un vestige de la migration des cellules thyroïdiennes lors de l'embryogenèse : la pyramide de Lalouette. En effet, la glande thyroïde dérive embryologiquement de l'épithélium pharyngien qui se développe devant le larynx et la trachée.

  • Son poids moyen est de 30 g. Ses dimensions sont d'environ 5 à 6 cm pour la hauteur et 2 cm pour la largeur pour chaque lobe, et 1,5 à 2 cm pour l'épaisseur. Sa couleur est brun rougeâtre et sa consistance  molle.

     Quatre glandes parathyroïdes, qui produisent les hormones parathyroïdiennes, sont localisées dans la région postérieure de chaque pôle de la thyroïde. Les nerfs laryngés récurrents traversent les frontières latérales le de la thyroïde et doivent être identifiés lors des interventions chirurgicales sur la thyroïde afin d'éviter une paralysie des cordes vocales.

remonter

  HISTOLOGIE

  •  La thyroïde est constituée de follicules comprenant :

- une paroi comportant deux types de cellules : les thyréocytes (cellules épithéliales) et les cellules parafolliculaires (dérivées des cellules de la crête neurale) encore appelées cellules C;

- une substance amorphe : la colloïde.

  •  Les thyréocytes et la colloïde interviennent dans la synthèse des hormones thyroïdiennes, tandis que les cellules C sécrètent la calcitonine.

remonter

METABOLISME ET REGULATION

  •  La thyroïde est sous le contrôle de l'hormone hypophysaire TSH (Thyroid Stimulating hormone) qui stimule, par l'intermédiaire d'un récepteur membranaire (RTSH) toutes les étapes de la biosynthèse des hormones thyroïdiennes ainsi que la croissance de la glande. La TSH, sécrétée par les ceIIules thyréotropes antéhypophysaires, joue un rôle central dans le contrôle de l'axe thyroïdien et représente le marqueur physiologique le plus utile de l'activité des hormones thyroïdiennes. 

    L’hormonosynthèse thyroïdienne nécessite de l’iode apporté en quantité suffisante essentiellement par voie digestive et la présence d’un aminoacide : la tyrosine.

   l’iode alimentaire inorganique ou iodure véhiculé par le courant sanguin est capté par les cellules thyroïdiennes.

La biosynthèse des hormones thyroïdiennes requiert les étapes suivantes

- captage de l'iodure par un transporteur spécifique (NIS: Na, I symporteur)

- Organification de l'iodure par la thyropéroxydase (TPO)

- biosynthèse des hormones dans la cavité colloïde des vésicules thyroïdiennes à partir de l'iodure et de la thyroglobuline (Tg), protéine spécifique produite par la thyroïde. Cette biosynthèse s'effectue sous l'influence de la TPO.

Chacune des protéines RTSH, TPO, Tg et peut-être NIS est susceptible de se comporter comme un auto antigène et être à l'origine du développement des maladies thyroïdiennes auto-immunes

 Les iodures sont oxydés sous formes actives capables de se lier à la thyroglobuline par l’intermédiaire des radicaux tyrosyl sous l’effet d’une peroxydase aboutissant à la formation de monoiodotyrosine et de diiodotyrosine, qui sont les précurseurs hormonaux inactifs.

Dernière étape de la synthèse hormonale, le couplage aboutit à la formation de triiodotyrosine (MIT + DIT) et de la tétraiodotyrosine (DIT + DIT) ou thyroxine grâce à une réaction de condensation.

            Après la synthèse hormonale aboutissant à la formation d’hormones libres « dans la cellule thyroïdienne », celles-ci vont se lier presque entièrement à trois types de protéines plasmatiques qui vont assurer leur transport. Il s’agit :

-       de la thyroxine binding globulin (TBG) qui présente une grande affinité et joue un rôle prédominant dans le contrôle de la fraction libre des hormones thyroïdiennes;

-       de la thyroxine binding pré-albumin qui est une pré-albumine ;

-       d’une albumine.

            après leur pénétration dans la cellule, la thyroxine et la tri-iodothyronine subissent plusieurs réactions qui finissent par conduire à leur excrétion ou à leur inactivation. Celles-ci sont métabolisées essentiellement par des iodations successives. Ainsi la T4 est transformée en t3 par l’action d’une enzyme : la desiodase au niveau du foie, du rein  et du cœur.

Cette voie est la principale voie de production (jusqu'à 80%) de tri-iodothyronine, hormone biologiquement active.

remonter

  •   La régulation est assurée par deux mécanismes :

-       supra thyroïdien par la TSH ;

-       intra thyroïdien par l’iode.

le principal médiateur de la régulation suprathyroïdienne est la thyréostimuline secrétée par les cellules thyréotropes de l’antéhypophyse.

La TSH stimule l’hypertrophie et l’hyperplasie de la thyroïde accélérant ainsi la plupart des étapes du métabolisme intermédiaire et stimule la synthèse et la sécrétion des hormones thyroïdiennes.

La sécrétion de TSH est régulée  au niveau des cellules thyréotropes par deux influences opposées : la  TRH (thyrotropin releasing hormone ou thyroliberine) qui stimule la synthèse et la sécrétion de la TSH tandis que les cellules thyroïdiennes l’inhibent.

Ainsi le contrôle de la sécrétion de TSH est exercé sous forme d’un rétro-contrôle négatif et le seuil de l’inhibition négative est apparemment déterminé par le TRH.

  •  Quant à la régulation intrathyroïdienne, les changements de concentration en iode organique intra thyroïdien occasionnent des variations réciproques de l’activité de transport des iodures dans la thyroïde et régulent la croissance, la captation des acides animés, le métabolisme du glucose et la synthèse des acides nucléiques. Mais leur rôle le plus important consiste à modifier la réponse à la TSH par inhibition de l’enrichissement en iode et augmentation de la dépression iodée.

remonter


 

Plan du site
Glossaire
Bibliographie
Liens utiles
Crédits

Précédente Accueil Suivante

Date de dernière modification : mercredi 01 août 2007